Une source d'inspitation

Témoignages

Établie en 1974, la Fondation ressources pour enfants diabétiques s’est donnée comme mission de départ de subvenir aux besoins criants de Camp Carowanis, le camp du Québec pour enfants diabétiques. Honorant l’engagement de ne refuser aucun enfant diabétique pour des considérations financières, le premier conseil d’administration de la Fondation regroupait des médecins et des parents convaincus du rôle et de l’importance de Carowanis dans la vie des enfants diabétiques et leur famille. À ce jour, nous honorons toujours l’histoire et cet engagement, au-delà des origines socio-culturelles, linguistiques et religieuses.

Image de Silas Fritsch

Silas Fritsch

« À seulement 7 ans, comprend-on réellement ce qui arrive ? »

« Au début, personne ne m’avait dit que ce serait pour toute ma vie. Je n’en avais aucune idée. Ça m’a pris environ 1 semaine avant d’apprendre ça. C’était principalement de l’inquiétude. C’était très nouveau. J’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital ; je ne comprenais pas trop ce qu’il se passait parce que j’étais assez jeune. »

Image Andreanne Vanasse

Andréanne Vanasse

« Moi, Andréane Vanasse, diabétique de type 1 et infirmière. »

Le diabète ? Moi ? J’avais seize ans quand j’ai reçu mon diagnostic. C’était un simple examen de routine, pourtant. La nouvelle a été difficile, mais encore plus difficile pour mes parents.

Image de Mélanie et Colin

L’histoire de Mélanie et de Colin

« Quand le diabète de type 1 vous tombe dessus, tout votre univers est bouleversé. Parlez-en à Mélanie, mère d’un garçon de 11 ans, diabétique de type 1. »

Image de Florence Lauzon

Florence Lauzon

« Aller au camp te permet d'en apprendre sur toi-même, d'augmenter ton autonomie, ton indépendance, ta confiance en toi, en plus, de développer de belles amitiés précieuses et durables. »

Image de Mathieu Lacasse

Mathieu Lacasse

« J’ai reçu mon diagnostic de diabète de type 1 à l’âge de 7 ans. Quand tu as 7 ans, il y a un avant et un après. »

Pour le petit garçon que j’étais qui aimait les bonbons, ça a été tout d’abord un choc. J’ai dû apprendre à un très jeune âge avec mes parents comment gérer ma propre diète. J’ai deux grands frères et je suis le seul diabétique. Ça a fait un grand changement dans la famille.